Archive pour Articles divers

Chorale de l’École Spéciale Militaire

Le chant militaire est une discipline à laquelle les futurs chefs de section de l’Armée de Terre sont très attachés en témoigne ce concert : le samedi 23 mars 2013 à 20 heures en la cathédrale Saint-Louis des Invalides

Affiche du concert de la chorale de l'ESM 2013
Affiche du concert de la chorale de l’ESM 2013

Composé de 23 choristes et de 8 musiciens, l’ensemble vocal et instrumental interprétera 17 morceaux, composant un répertoire de chants de traditions Saint-Cyriennes, de chants patriotiques, de chants religieux, et de chants historiquement oubliés.

L’accès au concert est facturé 5 €, la réservation est obligatoire. Pour ce faire, adressez-vous à l’Éleve officier Thomas RIGAUD, chef de la chorale par mail (cliquez sur mail pour accélérer cette démarche).

Vidéo du concert de la chorale de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr (2010)
El pueblo unido jamás será vencido par la Promotion Lieutenant Carrelet de Loisy


Répertoire de l’École Spéciale Militaire de Saint-Cyr présent sur le site :
Chants de l’École Spéciale Militaire de Saint-Cyr (chants de tradition et chants de Promotion)
Sites internet :
Site Internet de la Promotion Général et Sous-lieutenant de Castelnau (Promotion organisatrice du concert)
Page officielle de l’École Spéciale Militaire de Saint-Cyr sur le site du ministère de la Défense

Petite histoire du 14 juillet

Un article de circonstance qui replace le 14 juillet dans son contexte historique avant de présenter le 14 juillet 2012 dans un prochain article.

14 juillet 1789 : Prise de la Bastille.

Prise de la Bastille par Jean-Pierre Louis Laurent Houël, 1789
Prise de la Bastille par Jean-Pierre Louis Laurent Houël, 1789

Ce jour symbolique où les Français manifestent leur désir d’être maître de leur destin lancera une dynamique politique des plus époustouflante dans l’Histoire du Monde !

14 juillet 1790 : Fête de la Fédération.

Le premier anniversaire de la prise de la Bastille fut célébrée au Champ-de-Mars à Paris, le 14 juillet 1790. Devant les députés, Louis XVI prêta serment à la Nation et à la loi. Cette célébration fut aussi la fête de la réconciliation et de l’unité de tous les Français.

14 juillet 1880 : Première fête nationale, en avant vers l’éternité !

Remise de ses nouveaux drapeaux et étendards à l’armée française sur l’hippodrome de Longchamp par Jean-Baptiste Detaille, 1880
Remise de ses nouveaux drapeaux et étendards à l’armée française sur l’hippodrome de Longchamp par Jean-Baptiste Detaille, 1880

Aux élections de 1879 la majorité républicaine est considérablement renforcée. Fort de cette position, les Républicains prennent toutes les commandes du pouvoir et le Maréchal de Mac Mahon, royaliste, démissionne. Premières mesures symboliques prisent par le nouveau gouvernement de Jules Grévy : adoption de La Marseillaise comme hymne national et du 14 juillet pour fête nationale. Le 14 juillet 1880 permet aussi aux Républicains de conjuguer référence à la Révolution française et patriotisme à travers la remise des drapeaux à l’Armée. Le général Farre, ministre de la Guerre, refonde les relations entre pouvoir et Armée. Les vieux drapeaux de 1871 (en laine) sont remplacés par de nouveaux étendards (pour la Cavalerie) ou drapeaux (pour l’Infanterie) avec des formules génériques affirmant les natures du régime et celle des missions des régiments : « République Française », « Honneur et Patrie », les listes des batailles des régiments. La hampe du drapeau se termine par une pointe avec l’inscription « R.F. ». Le 14 juillet 1880 est une fête de redressement. La perte des drapeaux dans la guerre de 1870 a provoqué un traumatisme très profond et la cérémonie chargée de symboles doit l’effacer. Le pouvoir politique, au nom de la Nation, investit l’Armée, émanation de la Nation, de la mission de la protéger, de la représenter, de remplir les missions qui lui sont dévolues. Ce moment de la fête civique du 14 Juillet est une étape importante dans la construction du lien entre l’Armée et le peuple. Le 14 Juillet est bel et bien une fête patriotique.

Défilé militaire du 14 juillet 2006
Défilé militaire du 14 juillet 2006

Et c’est ainsi que depuis cette date la France célèbre son rayonnement idéologique sur le Monde en invitant ces alliés qui pour la plus part ont adopté le modèle de 1789.

Une des marches les plus célèbres qui est de tous les 14 juillet :

La Marche de Saint-Cyr, une marche de l’École Spéciale Militaire de Saint-Cyr sur laquelle bon nombre de troupes défilent :

Répertoire issu de la Révolution Française présent sur le site :
Chants patriotiques

Sites internet :
Le 14 juillet sur le site Chemins de mémoire
Le 14 juillet sur le site de la Présidence de la République

Les unités de Cavalerie Française (6ème partie – la Légion)

Retour sur la série « Les unités de Cavalerie Française » à travers cet article, transition réussie entre l’Arme Blindée Cavalerie et la Légion ! Car si tous les cavaliers fêtent saint Georges (Saint Patron de l’Arme), certains fêtent aussi Camerone …

AMX 10 RC du 1er REC
Char AMX 10 RC du 1er Régiment Étranger de Cavalerie (1erREC)

Dernier Régiment étranger de Cavalerie, le 1er REC a été créé en 1921 à Sousse. Ce Régiment comptait alors dans ses rangs de nombreux russes blancs, qui apportèrent leur expérience de cavalier acquise lors des révolutions bolcheviques de 1917 à la Légion. Depuis, le Royal Étranger, nom de tradition du 1er REC, a servi en Syrie au Maroc, en France, en Indochine, en Algérie et sur de nombreux théâtres d’opérations extérieurs. Il a récemment été engagé en Afghanistan.

Équipage de Weasel M29

← Équipage de Weasel M29 appelé « Crabe » du 1er REC en Indochine en 1954

 
Répertoire de la Cavalerie Légion :

Les cavaliers de la Légion Étrangère disposent aussi d’un répertoire musicale propre. La Colonne est le chant de tradition du 1er REC. Il a été composé pour le 30 avril 1926 et rend hommage aux Légionnaires qui ont combattus en Syrie. Vous retrouverez les paroles de ce Chant sur le site : la Colonne. Le 4ème Escadron dispose aussi d’un chant de tradition appelé Chant du 4ème Escadron. Il est composé sur la musique du Chant des partisans blancs.

Un peu plus sur la Cavalerie Légion :

Le 1er REC n’était pas le seul Régiment Étranger de Cavalerie, de 1939 à 1962, il en existait un autre : le 2ème REC. Aujourd’hui le Détachement de Légion Étrangère de Mayotte (DLEM) est héritier des traditions du Dauphin Étranger, nom de tradition du 2ème REC.

Garde à l'étendard du 2ème REC
Garde à l’étendard du 2ème Régiment Étranger de Cavalerie (2èmeREC)

Le 1er REC chante aussi le chant suivant appelé Premier chant du 1er REC

En Allemand (langue d’interprétation)

Wir sind die Legionäre
Vom ersten Regiment.
Wir brauchen keine Schirme
Wenn heiss die Sonne Brennt.

Aber immer mit frohem, Mut, tape-cul
A terre, à cheval, au trop, galop,
Aber immer mit frohem, Mut, tape-cul
Ziehen wir der Heimat zu.
Fatma, fatma, schenke den jungen Legionäre was ein
Fatma, fatma, schenke den jungen was ein.

En Français (traduction)

Nous sommes les Légionnaires
Du Premier Régiment,
Nous n’avons pas besoin de parasols
Quand la chaleur du soleil brûle.

Mais toujours heureux, courage, tape cul,
A terre, à cheval, au trot, au galop,
Mais toujours heureux, courage, tape cul,
Nous nous rapprochons de la patrie.
Fatma, Fatma, sers donc à boire à ces jeunes légionnaires,
Fatma, Fatma, sers donc à boire à ces jeunes.

Autres chants anecdotiques des 1er et 2ème REC

Sur l’air des Képis blancs

Assis sur leurs gros ventres,
Les LVT ne veulent plus bouger,
Kommt alle her kleine krabben*,
V’nez donc nous remorquer !
 
 
 
 
* Vienne tous les petits crabes

 
Un véhicule amphibie LVT-4 Alligator du 1er REC
LVT-4 Alligator du 1er REC embourbé dans une rizière
Chant du 1er REC partant pour l’Indochine
I

Partant pour l’Indochine
Le Premier Étranger
Avait courbé l’échine
Et s’en allait à pied
La chaleur était lourde, le sac encore bien plus
J’n’ai plus d’eau dans ma gourde et j’en ai plein le cul

Refrain

Tra lalalalalère, tra lalalalala lala
tra lalalalalère, tra lalalalala lala lalalala
Ils étaient trois petits girons qui s’en allaient
Derrière la gare au cul

II

Les Nhia-qué en vadrouille
Nous ont tiré dans l’dos
Ils veulent nous couper nos couilles
Pour en faire des grelots
Pas un de nous n’recule
L’légionnaire prétend
Sauver ses testicules
Du sort qui les attend.

III

Ce procédé barbare
Cher à nos ennemis
Nous semble un peu bizarre
Et bien cruel aussi
Qu’ils nous coupent la tête
Ma foi : c’est leur métier
Mais qu’ils s’attaquent au reste
Ça c’est vraiment charrier,

IV

Quand au retour en France
Ces fringants cavaliers
Seront bien comme on pense
Fêtés et refêtés
Les femmes en nous voyant
Diront l’air toutes émues
Malgré tous leur coupes coupes
Ils ne les ont pas eues.

V

L’pékin en nous voyant
Dira l’air convaincu
Pour conquérir la gloire
Ces hommes se sont battus
Ça c’est la politesse
Car si nous nous battons
C’est je vous le confesse
Pour garder nos roustons.

Gai Légionnaire, une marche de la Légion :

Répertoire de la Légion Etrangère présent sur le site :
la Légion Étrangère
Articles du Blog relatifs à la Légion

Sites internet :
Portail Internet de la Légion Étrangère